Description du projet

Ce travail pose la définition d’une forme comme synonyme de corps, d’une synthèse. La forme peut être un objet, une chose et en suggérer beaucoup d’autres, devenir une métaphore.

Cette série  part des fondements physiologiques de la vision, pour observer comment le sens investit peu à peu les objets visuels. Distingue des signes iconiques, qui renvoient aux objets du monde, et des signes plastiques, qui produisent des significations dans ses trois types de manifestation que sont la forme, la couleur ainsi que la texture.

Montre comment le langage visuel organise ses unités en une véritable grammaire, un moyen de découvrir certaines lois de la perception. Un objet spatial comme, structure, squelette. 

Une tentative de réconcilier le géométrique et l’anthropomorphique.

À chaque moment, la forme se forme, se meut et se transforme comme un organisme.

 

Ses pièces empruntent leurs formes autant à l’organique qu’à l’abstraction. Elles s’enrichissent mutuellement de leurs tensions et leurs contradictions dans l’espace.

Dans une volonté de saisir optiquement la forme, de la sentir tactilement, ces surfaces s’offrent aux sens comme une peau à voir et à toucher. Le spectateur touche la forme, regarde à l’intérieur…

Ces objets sont interactifs. J’invente un lieu d’introspection via le dispositif, voire un échange entre deux individus.

Forme(s)

Forme (05/A) dans sa cellule – Galerie Gefängnis / le carceri (ancienne prison) – Kaltern (Caldaro) – Italie. 2007

Fermer le menu