Habiter le mouvant, une morphologie de l’instant.

 Un espace mutant construit comme une architecture organique, un abri, une colonne articulée. Par une succession d’états, ce travail interprète les images d’une métamorphose.

L’estampe devient une mémoire inversée d’un geste tracé, mordu, gratté et effacé.

Métamorphosis

Métamorphosis (états I et II)  © 1996 – (100 x 70 cm) / eau forte.

Fermer le menu